Richard Ferron - Photographe professionnel
L'art photographique a toujours une connivence avec la réalité. Plus ou moins lointaine, selon l'intention et la démarche du photographe.

Devant mes photographies il arrive que l'on se demande quelle réalité on a sous les yeux.
Est-ce celle des paysages qui y sont suggérés, et dont je ne me lasse pas ?
De la matière végétale, dans sa densité ou sa légèreté ?
Est-ce celle de l'eau, reflets et miroitement ou celle de la couleur, des formes, de la superposition des éléments ?
Celle de l'ombre et des projections de la lumière, celle de l'instant qui impressionne le capteur… et notre sensibilité ?
Peut-être est-ce la réalité de l'image photographique elle-même, qui échappe aux références.
Si on se rapproche, qu'on entre dans la dimension physique de mes photographies, on reconnaît, on identifie des détails, on devine, sous la surface, une diversité, une multitude d'éléments qui lui donnent sa profondeur.
Les notions de premier, second et arrière-plans entrent peu en considération pour moi. Mes photographies s'offrent au regard de façon frontale. Tout semble associé, relié, en interaction.
Il m'arrive ainsi de privilégier les prises de vue au travers de surfaces plus ou moins transparentes ou translucides qui donnent à mes images du flou, de l'indistinct, cette irréalité qui les caractérisent. On croit parfois y voir de la peinture.
Mes images sont construites de façon à semer le trouble, à brouiller la perception de la réalité. Elles interrogent les limites : intérieur et extérieur, haut et bas, caché et ouvert, afin de laisser place au questionnement et, pourquoi pas, au doute…
J'aime l'idée de regarder autrement ce que l'on voit.
Je m'intéresse aux signes, à l'imaginaire, à l'illusion qui hantent la réalité. Cela nous parle aussi de nous.
Je vous invite à un voyage intérieur et poétique, au-delà des apparences.

Top